Un premier amour est-il l’amour d’une vie ?



Vous rappelez-vous votre premier amour ? Vous souvenez-vous de la sensation que vous aviez à cet instant précis ?

« L’éternité, qu’est-elle donc, sinon le premier instant sans fin d’un premier amour ? »

Oskar Wadyslaw de Lubicz Milosz

Les premiers amours sont souvent les plus forts, les plus beaux et les moins réalistes.

Nous nous rappelons tous de notre premier amour et il reste important tout au long de notre vie.

Nos premiers sentiments d’amour sont nés et il est impossible de les effacer.

Mais, ce premier amour est-il celui de toute une vie ?

Faut-il l’oublier quand il finit ? Est-ce vraiment possible ? Pourquoi est-ce si difficile ?



Les raisons d’un premier amour


Quand on parle d’un premier amour, on fait communément référence à notre première relation sérieuse, et fréquemment aussi notre premier grand chagrin.

Il marque la fin de l’enfance et le début de la vie d’adulte, mais également les premiers émois amoureux.

Vivre son premier amour est une étape fondamentale de notre vie. C’est un moment constructif qui nous fait grandir, nous apprend à aimer et à être aimé.

C’est généralement un amour fusionnel, entraînant des sentiments extrêmement forts et habituellement inoubliables.

« Le premier amour est éternel, le temps ne passe pas, c’est le principe amoureux. »

Camille Laurens

Il restera toujours une référence, un point de comparaison ou simplement un doux ou douloureux souvenir.



Le souvenir d’un premier amour


On n’oublie pas son premier amour, pas plus qu’on oublie le premier mot, le premier pas d’une enfant ou la première fois qu’on a eu peur et surtout, on n’oublie pas la première fois qu’on aime.

On ne peut pas l’effacer, parce qu’il est encore en nous. Sans lui, nous ne serions pas ce que nous sommes aujourd’hui.

C’est une expérience unique et indélébile.

Il ne s’explique pas, il se vit, il se ressent. C’est un amour si fort qu’il peut détruire et faire souffrir, car il est intemporel, comme une évidence.


Cependant, il faut garder à l’esprit que nous avons tendance à embellir les souvenirs que nous ne gardons en mémoire qu’une vision diluée, idéalisée et romancée.

C’est un moment de la vie, où tout est nouveau et intense.

Mais il faut être conscient que rester attaché à ce souvenir peut nous enfermer dans un regret sans fin, qui nous empêche d’aller de l’avant.

« On oublie le dernier rêve ; on se remémore toujours le premier amour. »

Michel Bouthot



Un premier amour est-il l’amour de notre vie ?


Le premier amour est empreint de nouveauté et surtout, de puissance et de magie. En cela, il est parfois difficile de détacher le premier amour de l’idée qu’il est définitivement notre âme sœur.

« Cette conception est en lien avec l’intensité et la beauté de ce qu’on peut vivre avec le premier amour » explique Céline Delfosse psychologue.

On associe l’intensité au fait qu’on ne peut vivre mieux, alors qu’en réalité, elle est liée à la nouveauté et à notre adolescence qui fait que nous sommes plus émotifs qu’en une autre circonstance.


« Pour nous aider à nous en défaire, il s’agit de prendre conscience que notre premier amour n’est peut-être pas notre âme sœur. Il s’agit de comprendre que l’attachement et le manque éventuel que l’on ressent est avant tout lié à ce que cette personne apportait dans notre vie, par exemple des moments magiques partagés, plutôt qu’à cette personne en tant que telle », explique Céline Delfosse

Le premier amour est souvent utilisé dans les romans, car il véhicule la passion, l’innocence et qu’il a un parfum d’éternité.

C’est un sujet porteur notamment dans les romances, car il est très apprécié des lecteurs qui peuvent retrouver des sensations et des souvenirs à travers ces récits.

Le premier amour est l’un des thèmes de mon roman Soleil Blanc.

Mes personnages s’y attachent comme à un Graal par nostalgie et par respect, et ce sentiment les empêche d’avancer dans leur vie et d’aller vers le véritable amour.

« – L’amour c’est un tourbillon qui t’emporte, et contre lequel tu ne peux pas gagner. Toi et moi on a vécu un rêve de gosse, un premier amour qu’on n’oubliera jamais. Mais ce n’est pas ça aimer. Quand tu aimes, tu brûles et tu deviens fou. Tu es prêt à tout perdre et à tout offrir. J’espère qu’un jour tu comprendras, quand tu ressentiras pour une autre, la même passion que j’ai pour lui. »

Soleil Blanc Livre I



Pourquoi la fin d’un premier amour fait-elle si mal ?


L’intensité du premier amour se double d’un autre composant, à savoir, la fusion et la totalisation. Dans l’amour fusionnel, nous confondons l’être aimé avec l’idéal que nous avions construit d’elle. Cela nous amène à ne plus la voir telle qu’elle est réellement, mais comme la représentation que nous en avions.

Combinées à l’adolescence, ces deux caractéristiques de l’amour peuvent expliquer pourquoi la fin d’un premier amour fait si mal. En effet, c’est une période de notre vie où nous avons un besoin vital de nous rassurer en nous raccrochant à des certitudes. La fusion, c’est aussi l’affirmation que nous sommes aimés et elle nous permet d’accéder à une certaine stabilité.

Il ne faut pas oublier que le premier amour marque le début de notre vie sentimentale. Certains d’entre nous auront une seule histoire d’amour dans leur vie, d’autres en auront plusieurs. Ces expériences affectives seront plus ou moins puissantes, et donc plus ou moins marquantes. Le premier amour reste unique et sera une référence pour toutes les futures histoires.

« La magie du premier amour, c’est d’ignorer qu’il puisse finir un jour. »

Benjamin Disraeli

Si vous avez besoin de conseil pour oublier une personne dont vous êtes toujours amoureux, je vous invite à lire cet article.




Peut-on alors affirmer que le premier amour est-il l’amour de notre vie ?

Même s’il est à la base de la construction de notre vie sentimentale, qu’il est indélébile et qu’il fait terriblement souffrir quand il prend fin, n’est-il pas plus logique de penser que l’amour de notre vie est celui qui sera le plus fort ? Qu’il est évidemment possible de ressentir les mêmes émotions que celles du premier amour.

Ne vous laissez pas enfermer dans le souvenir d’une histoire d’amour passée. C’est en vivant pleinement nos vies et en nous exprimant que nous avons des chances d’effacer la douleur de la fin d’un premier amour et de rencontrer celui qui durera peut-être toute une vie ou tout du moins le temps de comprendre que l’on peut être heureux en amour bien plus souvent que la première fois…

Si vous aussi vous n’avez jamais oublié votre premier amour et que vous voulez en parler, vous pouvez me contacter ici.







61 vues0 commentaire