Héroïque, idéalisé, imparfait... Qu'est-ce qu'un bon personnage de roman ?

Dernière mise à jour : 23 mai


L'intrigue de chaque livre repose sur les épaules du personnage. Il porte le récit de bout en bout, de la première à la dernière page, entraînant le lecteur à sa suite.

Il va lui donner, ou non, l'envie de continuer.

Le personnage est l'élément clé du roman, le support qui va permettre au lecteur de s’identifier à l’histoire et de se plonger dans le récit sans réserve.

Alors, qu'est-ce qui selon vous fait un bon personnage de roman ?



Un personnage héroïque


Il doit être captivant d’emblée. Un personnage fascinant aura plus de chance de convaincre même avec une histoire faible, qu’un personnage de paille, malgré une histoire incroyable à partager.


Il est idéalisé


Un personnage héroïque est un personnage idéalisé.

C'est-à-dire qu'il possède des qualités et des défauts qui font qu'il nous semble plus beau que la réalité. Il nous fait rêver, et c'est ce qui fait son intérêt.

Un personnage héroïque est un aussi un personnage charismatique, à savoir qu'il agit et surtout qu’il parle de manière à nous séduire.

Il peut être imparfait, mais il possède des qualités qui le rendent digne d'être aimé. Il peut être vaincu par ses défauts, mais il sera toujours l'objet de notre sympathie.

Il est également attirant. Autrement dit, il nous entraîne dans son univers. Il est fascinant, car il a la capacité de nous faire rêver et croire en lui.

C'est aussi un héros. Donc, il agit pour se donner les moyens de réaliser son désir, d’accomplir sa quête.



Il est modèle pour le lecteur

Un personnage héroïque est en outre un modèle.

Il inspire le lecteur, le guide dans sa vie quotidienne.

Ce dernier désire être comme lui. Il est en conséquence important qu'il lui ressemble qu’il soit presque son miroir.

Cela ne veut pas dire que celui-ci se retrouve parfaitement, mais qu’il se reconnaisse dans certaines de ses qualités ou de ses travers.

Un bon personnage incarne des sentiments et un parcours qui pourraient être ceux des lecteurs.


C'est un personnage irréel


Le romancier crée, dans son œuvre, un «être de papier». Ce protagoniste de fiction n'a, par définition, aucune existence réelle (ce qui l'oppose aux personnages de l'autobiographie).

Toutefois, afin que le lecteur puisse s'identifier au personnage, l'écrivain doit donner l'illusion du réel. Il utilise pour ce faire de nombreux « outils », grâce auxquels le personnage prend vie dans l'épaisseur du livre.

Il est en conséquence irréel. Il est beau, parce qu'il ne possède pas d'existence concrète.

Il n'est qu'une image, une idée, un concept. Il est créé par l'imagination et peut être modifié par la volonté de l’auteur.

Le romancier est libre de choisir son destin, ses qualités et ses défauts. Il peut être heureux ou malheureux. C'est ce qui le rend vivant.



Un personnage qui reflète la réalité


Il doit être proche d’elle. Il a alors, d'une part, la capacité d'exprimer les nuances des individus, et d'autre part, celle d'incarner différentes conceptions de l'homme, selon les époques.

« L’histoire vous parle des autres, le roman vous parle de vous. » Alphonse Karr.


Il est imparfait

Le héros d’un roman n’est pas forcément un modèle, au contraire. C’est avant tout un être humain dont le comportement et la personnalité sont complexes et difficiles à cerner.

Typiquement, c’est un individu qui a un but, des rêves, des désirs.

Il est complexe. Ce sont ses différentes facettes qui le rendent intéressant.

Il est vulnérable. Il est faillible. Il possède des défauts.

C’est un personnage vivant. C'est pourquoi il doit être proche de la réalité.

Mais, il est surtout un personnage fictif qui doit être crédible.

C'est pour cela qu'il peut également être un protagoniste « médiocre ». Enfermé dans sa condition sociale ou familiale, il n'est pas armé pour lutter, il manque de grandeur.



Il évolue

Comme nous tous, le héros est un être complexe, avec des qualités, mais également des défauts. C’est pourquoi il est important d’expliquer le développement de ce personnage.

Il se montre capable de changer, de se dépasser. Son évolution est liée à l’intrigue. Il doit avoir une motivation, être habité par un but, une passion, une idée…

Le récit met en scène une figure face au monde, un être nuancé, aux comportements multiples et variés.

Le personnage de roman n'est pas fixé une fois pour toutes : il évolue constamment, au fur et à mesure de l'œuvre. D'une part, le lecteur découvre le héros au fil des pages, chaque nouvelle réaction permettant d'enrichir la vision qu'il a déjà de lui. D'autre part, le protagoniste, confronté à diverses situations, peut se transformer, voire radicalement changer.

On notera ainsi que l’identité d’un personnage, bien qu’elle repose sur des bases robustes, n’en est pas pour autant figée.

C’est tout l’intérêt de l’évolution du héros à mesure que les événements surviennent et que des déconvenues l’amènent à réviser ses jugements ou modifier ses habitudes… comme ceux qui lisent ses aventures.



Il permet au lecteur de s'identifier


Le héros est un être humain, c’est pourquoi il doit posséder une dimension psychologique.

Pour le lecteur, le protagoniste doit être proche de lui. C’est pourquoi il est intéressant qu'il possède des qualités et des défauts, qu'il soit plus ou moins sympathique, plus ou moins antipathique.

Le lecteur comprend et s’identifie en se projetant dans son rôle et en vivant avec lui les émotions du récit.

Cela peut parfois aller chez le lecteur jusqu’à se nourrir de cette identification afin de trouver des solutions ou du courage pour résoudre des problèmes qui le touchent dans le monde réel.

L’auteur doit créer une passerelle où ses lecteurs et ses personnages sont amenés à se rencontrer.

Au-delà de l’intérêt de l’histoire, le lien que l’écrivain parvient à former entre eux participe de la réussite de son roman.

Vous pouvez lire cet article sur l’écrivain et ses personnages pour approfondir ce sujet.

Échecs, succès, traumatismes, capacité de résilience. Toutes ces choses parlent au lecteur dans le sens où lui aussi a connu des victoires et a dû traverser des difficultés, ainsi que franchir des étapes pour toucher au but. Il existe donc dans le processus d’identification un socle commun entre le parcours fictif du personnage et la trajectoire réelle du lecteur.

« Un personnage de roman, c’est n’importe qui dans la rue, mais qui va au bout de lui-même » Georges Simenon


Au-delà de toute recherche de spécificité, le personnage doit être humain, c’est-à-dire présenter des aspects positifs et négatifs, des qualités et des défauts, des valeurs et des égarements. Comme le lecteur, il est construit par son passé, mais s’ouvre à l’avenir.

Il est dans une quête d’équilibre entre les différentes facettes de sa vie. Ses actions et ses paroles doivent être légitimées par sa propre personnalité et non par un quelconque «devoir d’être ».

C’est pour cela que les personnages ont besoin d’une histoire, autrement dit un parcours marqué par des décisions tangibles. À l'instar du lecteur, ils vont à la rencontre du réel et du fictif, du quotidien et de l’imaginaire, de la réalité et de ses utopies.

Alors, pour vous, qu’est-ce qu’un bon personnage de roman ?

C’est ici que vous pouvez en parler.




35 vues0 commentaire