Aimer deux personnes à la fois, faut-il écouter sa raison ou ses sentiments ?

L’amour est une émotion intense, exaltante et régénératrice qui nous inspire et nous incite à l’action.

Aimer deux personnes à la fois est-ce une affection sincère ou une illusion ? Les amours plurielles sont-elles possibles ? Que faire lorsque l’on est confronté à ce dilemme ? Est-ce un problème récurrent ou un phénomène nouveau ? Les sociétés traditionnelles ont-elles intégré cette façon d’aimer ?

Vous aimez deux êtres à la fois et vous n’en pouvez plus de ne pas pouvoir choisir, vous hésitez, vous doutez, vous souffrez.

Cette situation peut-elle durer ? Devez-vous écouter votre raison ou vos sentiments ?



Aimer deux personnes à la fois : quand le cœur a ses raisons que l’éducation ignore…


À cette question, c’est l’affolement général et la première réaction est de répondre d’un « non » sans équivoque, pour éviter d’être accusé d’une quelconque perversion.

Nos sociétés occidentales sont des cultures de monogamie ancrées dans l’idée qu’une seule personne viendra combler tout ce que nous attendons de l’amour et qu’en retour, nous représenterons la même chose pour elle.

C’est pourquoi il est souvent difficile d’admettre qu’il est possible aimer deux personnes en même temps, car cela reste souvent synonyme d’entorse à la morale dans nos cultures traditionnelles.

Aujourd’hui, cette situation est reconnue comme une incongruité et est réprimandée par l’opinion publique.

Mais, que se passe-t-il quand les sentiments outrepassent la raison et que l’amour est plus fort que la morale ? Quand l’éducation n’est plus une entrave à la passion ?

Aimer deux personnes à la fois : comment l’accepter ?


« Ce qui est loin d’être facile, car il faut transgresser deux mille ans d’une sexualité vécue hors du langage ! »

Didier Dumas.


Mener deux histoires en parallèle reste subversif dans notre monde moderne puisque ce type de relation remet en cause l’ordre social, mais également les mentalités et l’éducation que l’on a reçues.

La conviction générale considère qu’aimer quelqu’un, c’est lui être fidèle et dévoué. Mais, parfois, la réalité n’est pas si simple. En effet, il arrive que l’on soit vraiment épris de deux personnes en même temps… Et, c’est un cauchemar. Pour celui qui le vit, et par ailleurs pour celui qui se sent trahi et abandonné.

Mais, est-il possible de penser que la morale de nos sociétés modernes n’est plus véritablement adaptée à la vie amoureuse de notre temps ?

Les mœurs évoluent et les émotions se débrident. Je vous en ai parlé dans mon article sur la liberté d’aimer.

Cependant, ce genre d’attachement ne peut être vécu que si le couple originel n’est pas trop fusionnel. Sinon, comment l’un ou l’autre des partenaires pourrait entretenir une liaison en parallèle sans se sentir coupable et malheureux ?

Outre le problème du choix, on peut envisager d’autres aspects de la question.

L’attachement amoureux peut être caractérisé comme un état d’âme qui naît soudainement et qui s’évanouit subitement. C’est un état émotionnel qui se manifeste par une excitation intense des centres nerveux. L’amour est une émotion intense, exaltante et régénératrice qui nous inspire et nous réconcilie avec la vie. C’est le plus beau des ébranlements humains et il nous fait vivre de grandes sensations.

Toutefois, le besoin d’ancrage, de sécurité intérieure, de fidélité, de constance et de stabilité consolide le schéma classique que l’amour est un sentiment qui se nourrit d’une relation durable et stable.

Ce besoin implique que les couples fusionnels sont toujours en danger de se disloquer quand un des partenaires tombe amoureux d’un autre. La force de l’amour ne résiste pas à la jalousie et la peur de l’inconnu.

C'est une réponse parfaitement logique et compréhensive, car tout le monde n'a pas la capacité de se partager ou de partager celui qu'il aime.

C'est un sentiment qui reste généralement exclusif.


L’amour est-il le même d’un amour à l’autre ?


Nous avons déjà vu que l’amour est une ferveur multiface.

Il se décline en amour romantique, passionnel, maternel, fraternel, amical.

Ces divers types d’attachement sont souvent intimement mêlés et combinés avec d’autres sensations, comme la peur, le désir, la jalousie ou la colère.

Chacun de nous a un répertoire d’émotions et de sensibilité différent et nous pouvons aimer plusieurs personnes en même temps.

L’amour est une palette de sentiments qui s’intensifient ou s’atténuent en fonction des circonstances.

Dans un triangle amoureux, il y a une recherche dans l’autre de ce que l’on ne trouve pas dans son couple. C’est fréquemment pour se sentir entier et comblé que l’on aime deux personnes à la fois.

Cependant, le concept d’amour unique, qui est proche du mythe, est très présent dans notre société. Cela fait partie de notre culture et de notre éducation.



Y a-t-il une solution idéale au triangle amoureux ?


Le triangle amoureux n’est pas une conjoncture facile à vivre pour tous.

Il est toujours envisageable de trouver une solution, mais il faut être conscient que, quelle qu’elle soit, elle ne satisfera pas tout le monde.

Seul le temps permet de savoir s’il est possible de se maintenir dans l’harmonie.

La situation sera plus ou moins difficile pour chacun selon sa perspective personnelle et surtout son vécu, son ressenti et sa sensibilité.

L’âge peut aussi être un facteur qui facilite la compréhension de ce genre d’affection. Avec le temps, l’idée du grand amour devient une chimère et la recherche de la plénitude est plus à l’ordre du jour.

Un divorce écorche aussi le concept de l’amour unique et éternel même si dans ce cas il ne s’agit pas d’aimer deux personnes en même temps, mais bien de choisir. Ici, c’est juste l’idée du mythe qui disparaît avec la séparation.

Un triangle amoureux est une conjoncture compliquée qui ne survivra qu’avec la sincérité, la communication et le respect mutuel.

Même si chacun des deux êtres aimés apporte des bienfaits à l’autre, il s’avère que souvent, il faudra faire des choix et que l’un des protagonistes finira généralement par souffrir.



Peut-on vraiment aimer deux personnes à la fois ?


Le triangle amoureux est très fréquemment utilisé en littérature, car il reflète une réalité de notre société. Il crée des situations qui stimulent l’imaginaire et exacerbent la romance, puisqu’il se rapproche dangereusement de l’interdit.

Mais, dans la vie, il divise les opinions.

Beaucoup affirment que vivre deux amours, c’est n’en vivre aucun en entier.

Aimer deux individus, c’est avoir une incapacité à choisir, à connaître ses vrais désirs, ses vrais besoins. On tente un compromis entre soi, l’entourage, le cœur, la raison, la morale…

« On n’aime qu’une personne dans sa vie. S’il y en a plusieurs, c’est qu’on n’en aime aucune!"

Soleil Blanc Livre 1 Lise Muscat Verceil


L’amour unique repose sur l’idée que l’on a rencontré le seul individu qui nous convient et que notre amour sera éternel.

Alors, peut-on arguer que l’on aime complètement quelqu’un si on se partage avec un autre ?

Le fait d’aimer deux personnes à la fois est-il un signe de faiblesse ou de facilité ?

Ou bien est-ce une chance de pouvoir aimer quelqu’un qui vous ressemble et en même temps quelqu’un d’autre qui vous apporte tout ce qui vous manque ?




Alors peut-on aimer deux personnes à la fois et réellement ?

Cela semble difficile à envisager et encore plus à vivre.

Aimer deux personnes, n’est-ce pas une façon de révéler que l’on ne sait pas choisir ? Ne pas être prêt à partager une vie avec quelqu’un ? Vivre l’illusion d’aimer deux personnes alors qu’en réalité on n’en aime pleinement aucune ?

Et, pourtant, si l’amour est sans limites, ne doit-on pas pouvoir accepter qu’il soit possible d’aimer deux personnes à la fois, avec une seule et même intensité ?

L’amour unique n’est-il pas finalement un concept lié à l’idée de respect et de fidélité et non à une attitude naturelle de nos émotions ?

Si vous avez ressenti ce sentiment d’aimer deux personnes à la fois, que cela vous ait occasionné de la souffrance, des doutes ou simplement du bonheur, je vous invite à me contacter ici.








1 129 vues0 commentaire